6e bataillon de chasseurs belges ou 2e de Jemappes

jemappes-6-novembre-1792

2ème bataillon des chasseurs de Jemmapes ou 6e bataillon de chasseurs belges :

 

Date de formation : ordre du 19 novembre 1792, mais formé le 10 janvier 1793, à Mons.

 

Formation :

La décision de formation fut prise par la commission militaire du comité des belges et liégeois, à la fin du mois de novembre 1792. Toutefois, le bataillon ne fut formé que dans le mois de janvier 1793. Il comprenait six compagnies de 100 hommes, puis passa à huit compagnies (ce bataillon faisait partie de la Légion des Belges et Liégeois).

 

Historique :

1792 :

La commission militaire du Comité des Belges et Liégeois décida que le citoyen Richtersleben, de Hesse-Cassel, serait nommé colonel des 5e et 6e bataillons de chasseurs belges[1].

1793 :

Le 13 mars, le lieutenant-colonel Marlier déposa sur le bureau de la commission militaire du Comité des Belges et des Liégeois l’état des effectifs du bataillon établit le 12[2]. Le 8 mai, il combattit au combat sous Maubeuge, le capitaine Jean-Joseph Grégoire fut tué. Le bataillon se mit en marche le 17 mai, pour une destination inconnue[3]. Il faisait partie de la division Tourville à l’armée du Nord. Durant les combats du mois de mai, le capitaine Sacré et les lieutenants Colinet et Smersch furent fait prisonniers. Le 30 juillet, il se trouvait la forêt de Mormal, avec un effectif de 305 hommes[4]. Il fut versé à Péronne, en novembre, dans les rangs du 5ème bataillon de tirailleurs belges.

 

État-major :

Il était commandé par Victor Marlier, de Ramousy près d’Avesnes, d’abord adjudant-major au 1er bataillon des chasseurs belges, lieutenant-colonel (8 novembre 1792).

Quartier-maître trésorier Louis-Joseph Montigny, originaire de Lille,

Périnet, originaire de Châteauroux, adjudant-major,

Archambaud, originaire d’Eppe-Sauvage dans le département du Nord, chirurgien-major,

Capitaines, Jean-Philippe Devillers originaire de Verviers, Lambert-Joseph Legros originaire d’Huy, Defacqz originaire de Blaton, Martin-Joseph Beaumont originaire de Mons, Joseph Hautelet originaire de Givet, Joseph-Nicolas Sacré (ancien du 1er bataillon), Philippe de Bay et Choveau originaires de Mons,

Lieutenants, Guitrel originaire de Paris, François Hecq et Hyppolite Mornaux originaires de Mons, Lefèvre originaire de Binche, Augustin Smersck et Philippe Sacré originaires de Mons, Jean-Baptiste Bridoux originaire de Douai, Jean Colinet originaire de Mons,

Sous-lieutenants, Philippe Audin, Dominique Leclercq, Xavier Dupont originaire de Mons, Jean-Baptiste Defrise originaire de Dour, Ghislain Guisbiers, né le 9 octobre 1770, Pierre-Joseph Sacré originaire de Mons, Stadieu originaire d’Heurimont en Languedoc, né le 9 octobre 1770 également, Joseph Carion originaire de Mons.

Portraits :

Modeste-Louis Defacqz, né à Blaton, le 20 juin 1769, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (avril 1792), capitaine au 2e bataillon de Jemappes (8 novembre).

Xavier Dupont, né à Mons en 1774, entra dans la Légion des Belges et Liégeois comme chasseur (7 août 1792), officier par la suite, sous-lieutenant au 6e bataillon de chasseurs.

Article de Laurent B.

sehri

[1] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, p. 129.

[2] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, p. 130.

[3] Journal Militaire de 1793, p. 300.

[4] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, tome 2, p. 512.

Publicités