5e bataillon de chasseurs belges ou 1er de Jemappes

jemappes-6-novembre-1792

1er bataillon des chasseurs de Jemappes ou 5e bataillon des chasseurs belges :

 

Date de formation : 15 novembre 1792

Formation :

Formation décidée par la commission militaire du Comité des belges et liégeois, devant se composait de huit compagnies de 100 hommes (ce bataillon faisait partie de la Légion des Belges et Liégeois). Il était commandé par Latteur.

 

Historique :

1792 :

Le 20 novembre, il était déjà formé de 308 recrues et 31 officiers, le 28 novembre, il comptait 406 recrues et officiers, répartis en sept compagnies[1]. La commission militaire du Comité des Belges et Liégeois décida que le citoyen Richtersleben, de Hesse-Cassel, serait nommé colonel des 5e et 6e bataillons de chasseurs belges. Plus tard, dans sa séance du 14 décembre, le colonel fut autorisé à augmenter les compagnies du bataillon d’un sergent, d’un caporal fourrier, à seize sous par jours, de trois caporaux ordinaires et de dix appointés à onze sous par jour. La séance du 19 décembre, indiqua que le bataillon avait été porté à son complet.

1793 :

Le bataillon se mit en marche le 17 mai, pour une destination inconnue[2]. Le 30 juillet, il se trouvait au camp de César, avec un effectif de 420 hommes[3]. Il fut versé à Péronne, en novembre, dans les rangs du 5ème bataillon de tirailleurs belges.

 

Liste des officiers du bataillon[4] :

Henri d’Huart, originaire de Luxembourg, colonel (remplacé le 10 février 1793),

Laruelle, colonel à partir du 10 février 1793,

Isaac, chef de bataillon,

Rouyer, chef de bataillon,

Louis-Auguste La Combe, quartier-maître trésorier, né à Paris en 1762, soldat en France depuis 1789,

Pierre Dearric, originaire de Mons, fourrier-major,

Henri Lelièvre, originaire de Mons, chirurgien-major,

Jacques Latteur originaire de Bruxelles, écrivain,

François-Joseph Chevalier, originaire de Mons, soldat dans l’armée autrichienne (1785),

Louis-Charles Bource, originaire de Mons, adjudant,

François-Joseph Latteur, capitaine, 1er compagnie, passa lieutenant-colonel  du bataillon (25 février 1793),

Massion l’aîné, originaire de Bruxelles, capitaine, 2e compagnie,

Jean-François Senault, capitaine, 3e compagnie, passa lieutenant-colonel en second du bataillon,

Jean-Baptiste Somme, originaire de Dinant, capitaine, 4e compagnie,

Sauveur Barboujac, Français, capitaine, 5e compagnie, ne rejoignit pas et fut remplacé,

Jules-François-Joseph Pourcelle, capitaine, 5e compagnie,

Antoine Immerach, capitaine, 6e compagnie,

Carton, capitaine, 7e compagnie,

Louis-Joseph Defacqz, originaire de Chimay, né en 1767, ancien soldat de l’armée révolutionnaire brabançonne, capitaine, 8e compagnie.

Lieutenants et sous-lieutenants, Jean Jaumotte originaire de Dinant, Troyes, Desrumeaux, de Bay (nommé le 15 novembre 1792), François Latteur originaire de Mons, Jean Bource originaire de Mons, né en 1769, Léopold Pariaux originaire de Mons, né en 1772, Guillaume Lecamus originaire de Mons, né en 1765, Jean Langlois originaire de Louviers en Seine-Inférieure, né en 1765, ancien soldat des armées autrichiennes, Joseph Degay originaire de Mons, né en 1771, François Léonard originaire de Sancy au Luxembourg, né en 1762, François Marchadier né à Paris qui avait servi dans les armées impériales (1778), Joseph Savreux, Joseph Rénier né à Sénarpont, en 1766.

 

Portraits :

Hubert-Am. Battelet, né à Mons en 1757, ancien soldat de Vander Mersch, lieutenant à la Légion belge (1792).

Joseph Campion, originaire de Mons, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792).

Louis Coppens, né à Audenaerde en 1759, ancien soldat de Vander Mersch, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792).

Henri Develette, né à Dinant en 1773, il servit dans le Brabant (1787), lieutenant dans la Légion des Belges et Liégeois (1792).

Jean-Baptiste Gilbert, Français, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792), ne rejoignit pas et fut remplacé.

 

Joseph Hautelet, originaire de Givet, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792).

Jean Jaumotte, né à Dinant, le 21 septembre 1773, soldat à la Légion des Belges et Liégeois (avril 1792), caporal (20 mai), sergent (5 juillet), sous-lieutenant.

Alexis Latteur, originaire de Mons, sous-lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792).

Louis Massion, né à Bruxelles en 1768, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1er juillet 1792), capitaine au 5e bataillon de chasseurs, lieutenant au 17e régiment de chasseurs français (1793).

Louis Mignon, originaire de Namur, né en 1772, ancien soldat de la révolution brabançonne (1789), lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792).

Jules-François-Joseph Pourcelle, originaire de Namur, né en 1770, ancien soldat de l’armée brabançonne, capitaine de la 5e compagnie, 5e bataillon de chasseurs belges (1792).

Rouyer, il servit dans le régiment des Gardes françaises (1er janvier 1780), passa lieutenant au 25e régiment d’infanterie ci-devant de Poitou (15 septembre 1791), lieutenant (1er mai 1792), adjudant-major au 2e bataillon de l’Orne, chef de bataillon au 2e bataillon de Jemappes (1er février 1793).

Joseph-Nicolas Sacré, né à Mons, le 11 mars 1769, ancien soldat au régiment français ci-devant Royal-Suédois puis ci-devant de Dillon, soldat à la Légion belge (1792), sergent-major, blessé sérieusement lors d’un combat d’avant-garde sur la route d’Harlebeke (27 juin), quoique perdant son sang, il continua de se battre jusqu’à la retraite de sa compagnie sur Courtrai, proposé au grade de sous-lieutenant par son capitaine, Boubers, il fut nommé à ce grade (15 août).

Pierre-Joseph Sacré, originaire de Mons, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792).

 

Jean-François-Albert-Ignace-Joseph Senault, né à Mons, le 26 septembre 1762, il servit à partir de 1782, dans la marine royale de France, il avait perdu un bras dans un combat contre les Anglais, sur un corsaire français. Adjudant à la Légion des Belges et Liégeois (1792), puis capitaine.

Article de Laurent B.

sehri

[1] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, pages 136 et 137.

[2] Journal Militaire de 1793, p. 300.

[3] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, tome 2, p. 512.

[4] Journal Militaire de 1793, p. 300.

Publicités