3e bataillon liégeois

bataille-de-neerwinden-2

3e bataillon liégeois :

 

Date de formation : formé en mars 1793.

Formation :

Ce bataillon et le 1er bataillon liégeois sont à différencier des deux autres bataillons de la Légion liégeoise[1]. Lors de la retraite des Français après la bataille de Neerwinden, des hommes de la Garde nationale de Liège (formée en décembre 1792), emportèrent le drapeau et se réfugièrent à Bruxelles, ils s’organisèrent en bataillon.

Historique :

En novembre 1793 à Péronne, il fut versé dans le 2ème bataillon de tirailleurs belges.

 

État-major :

Il fut commandé par le commandant Goguet.

Adjudant-major Lambert Florquin, né à Liège le 24 décembre 1769,

Quartier-maître trésorier Pierre-François Davelluy, originaire de l’Eure, né en 1760,

Chirurgien-major A. J. Pirlot, né à Liège en 1739,

Aumônier B. G. Dusossoy, né à Liège en 1767,

Capitaines, François Carpay, né en 1765 (1ère compagnie), Blochouse né en 1755 (2e compagnie), Pierre Carpay né en 1768 (3e compagnie), Charles Saintrous né en 1759 (4e compagnie), Simon-Joseph Magnée né en 1772 (5e compagnie), Jean-François Tutot né en 1772 (6e compagnie),

Lieutenants, François-Joseph Bontems né en 1763, Noël Defosse né en 1774, Jean-Joseph Haxhe né en 1772, Joseph Mouzon né en 1769, Mathieu Lambermont né en 1771, Gilles Robert né en 1761, Jean Massart né en 1760, Jean-Henri Bouhon né en 1768, René Pieul,

Sous-lieutenant René Pieul, originaire de Versailles, né en 1770.

Portraits :

Mathias Blancard, né à Liège en 1734, il servit neuf ans au 29e régiment d’infanterie ci-devant Dauphin, puis dans les régiments de Clermont et de Vierset (Autriche ?), ses trois fils servaient comme soldats au 3e bataillon liégeois.

Lambert Florkin, capitaine au 3e bataillon liégeois, passa avec son grade au 4e bataillon de tirailleurs.

 

Louis-Antoine-Vast-Vite Goguet, né le 6 février 1764, à Epinancourt dans la Somme, il servit dans les dragons de la Reine (1780), dans la Marine royale (1782), dans le régiment ci-devant Royal Hesse-Darmstadt (1789), caporal-fourrier (1er janvier 1791), passa lieutenant-colonel au 3e bataillon liégeois (mars 1793), général de brigade et officier de la Légion d’honneur sous l’Empire.

Article de Laurent B.

sehri

[1] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, tome II, p. 512.

Publicités