3e bataillon de chasseurs belges, dit de Gand

jemappes-6-novembre-1792

3ème bataillon des chasseurs belges (dit de Gand) :

 

Date de formation : Il fut formé à Bruxelles, le 1er mars 1793. Mais selon Belhomme, il fut formé à Lille le 12 septembre 1792 avec des « réfugiés »[1].

Formation :

Il s’agit d’un bataillon de la Légion des Belges et Liégeois.

Historique :

1793 :

Le 3e bataillon belge se mit en route de Reims, le 26 mai, pour se rendre à Tours[2]. Cependant la même source indique qu’il ne se mit en route de Reims que le 14 juin, pour se rendre à Arras[3]. Le 23 septembre, le bataillon fort de 425 hommes se trouvait dans la garnison de Lille qui fut bientôt assiégée quelques jours par les Autrichiens, ils furent bientôt repoussés[4]. Cependant, il se trouva bientôt réduits par le fait des combats, à 29 officiers et 75 hommes, appelant au secours le Comité militaire de Bruxelles et se trouvant dans une grande indigence. Eugène Cruyplants indique qu’il fut peut-être versé, du moins ses restes dans le 1er bataillon de chasseurs de Gand[5].

1794 :

D’après Belhomme[6], il fut versé le 13 février 1794 dans le 3ème bataillon des tirailleurs belges.

État-major :

Il était commandé par François-Adolphe Crooy, né à Tongres le 10 décembre 1763, nommé capitaine à la Légion belge (15 octobre 1792). Il passa au commandement du 17e bataillon de chasseurs (français), constitué fin mai 1793, avec le 1er bataillon de chasseurs de Gand. Il fut atteint d’un coup de feu à la cuisse au combat de Tourcoing (27 août) et mourut de ses blessures à Lille, le 4 septembre.

Hippolyte Van Rossem, commandant en second du 3e bataillon de chasseurs,

Dominique de Waele, quartier-maître trésorier,

Conrad Rijvenberg, né à Rotterdam en 1751, chirurgien-major,

Pierre Gautier, Mathieu Klein, Bernard Osten, Jacques Rheingraf, François Scheire, Jean Vleeschouwer et Henri Pappaert, tous capitaines et anciens de la révolution brabançonne,

Vincent Guersant, servit pendant 10 ans au régiment ci-devant de Picardie, capitaine au 3e bataillon de chasseurs,

Jacques Rheingraf, servit pendant 30 ans dans l’armée impériale des Habsbourg, huit campagnes, capitaine au 3e bataillon de chasseurs,

Lieutenants et sous-lieutenants, Jean-Baptiste Lejeune, né à Sedan en 1770, Charles Hobbelaers, né à Gand en 1777, Pierre Domergue, Jean-Baptiste Parade, François Fleury, tous nés en 1769, à Périgueux, Bulcke, Van Geen, Chomé, de Bleumortiers, Coucke, Roelants, Alexis Parisot, né à Paris en 1767, il avait servi huit ans dans la Marine royale, Courtois, Français né en 1773, volontaire de 1791, Baudin né à Douai en 1767, il avait servi sept ans dans l’infanterie française, François Babois, né à Rouen en 1770, adjudant-major, ancien soldat de l’armée française, Alexis Bourget né à Reims en 1767, avait servi dans l’armée française depuis 1782, lieutenant, Joseph Rousselle, né à Tournai en 1769, il avait servi plusieurs années dans l’armée autrichienne, sous-lieutenant.

Portraits :

Pierre Gauthier, originaire de Gand, nommé capitaine à la Légion des Belges et Liégeois (15 juillet 1792).

François Scheire, né le 5 mars 1771, à Gand, lieutenant à la Légion des Belges et Liégeois (1792), capitaine (15 août), il sert au 3e bataillon de chasseurs dit de Gand.

Joseph Van Geen, originaire de Gand, ancien volontaire dans l’armée révolutionnaire brabançonne, soldat dans la Légion belge (1792), plus tard lieutenant-général et baron.

Jean Vleeschouwer, né à Anvers en 1770, il servit dans le régiment de hussards français ci-devant Esterhazy, capitaine à la Légion des Belges et des Liégeois (1792).

Article de Laurent B.

sehri

[1] Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tome 3 et 4.

[2] Journal Militaire de 1793, p. 331.

[3] Journal Militaire de 1793, p. 387.

[4] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, p. 274.

[5] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, tome II, p. 530.

[6] Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tome 3 et 4.

Publicités